Je vous raccompagne jusqu'au pas de la porte ?  
  [Accueil]   

présente

KOU LE CORBEAU

de

Tanguy MALMANCHE

par Guy MOIGN

Mise en scène de Nell REYMOND


Dessin de Pierre PÉRON

*
Spectacle créé
à Landerneau pour le festival
« KANN AL LOAR »

et à Plougerneau pour
« STROLLAD AR VRO BAGAN »
en juillet 2003

Assistance technique :
STROLLAD AR VRO BAGAN
Régie des lumières : Michel FAGON

*

> CRITIQUES <

Agence Bretagne Presse (13 mars 2011)

Moëlan/Mer - Festival de la Parole Poétique

"Kou le corbeau" de Tanguy Malmanche : une interprétation étonnante de Guy Moign.
« Le Festival de la Parole Poétique a invité .
Mis en scène par Nell Reymond, mis en lumière par François-Eric Valentin, Guy Moign interprète le texte de Tanguy Malmanche (1875-1953), auteur de huit pièces en vers en breton telles que Gurvan ar Merc'heg estranjour, Ar Baganiz, Buhez Salaun ar foll, ... Il a écrit en outre un roman, La Tour de Plomb et trois nouvelles : Le Monstre de Landouzan, Suzanne le Prestre et Kou le Corbeau.

"Voici ce que me conta cette tête de mort : vous savez bien, la tête au crâne bas et rétréci, dans laquelle logeait une toute petite grenouille.
- C'est Kou que je m'appelle......"

En plein moyen-âge, au moment de la peste de Landerneau, Kou, un jeune paysan, abandonné des siens et errant à travers le Pays de Léon à la recherche d'un travail, nous raconte ses aventures.

D'un tempérament totalement spontané et naïf au sens premier du terme, c'est-à-dire sans malice, neuf à tous les événements qui surviennent dans sa vie, et sans arrière-pensée, notre héros se trouve confronté à tout un monde, lui-même, primitivement hostile et, bien que violemment réaliste, fantastique de par sa nature inattendue. De ce choc naissent un humour, une cocasserie, une truculence (et même un tant soi peu de grivoiserie) où se mêlent les tragédies de la mort, de l'épidémie et de l'angoisse, et... de l'amour.

Seul sur scène, sa voix profonde remplit tout l'espace. En une heure et demie, il va représenter Kou, cet homme-corbeau qui n'a pas le droit de vivre avec ses frères étant "fils de putain", qui va voyager dans le Léon du Moyen Age, entre Dieu et diable. Et va entrer dans Landerneau la pestiférée où il mettra sa capuche de corbeau pour évacuer dans la charrette les morts chaque jour.

Mais ce n'est ni terrifiant ni dramatique. Kou aime la vie, même quand il a des cauchemars, que le diable lui fait cracher une grenouille. Kou deviendra boucher et s'étouffera de trop de mangeaille.

On découvre dans ce spectacle un acteur et un auteur. Une voix, qui parle au cœur et à la raison, pleine de malice. Un corps capable de devenir un vieux berger fou, une bonne sœur à la tête ridée comme du buis, une jeune femme qui perd sa raison sous le joug du plaisir, un chirurgien qui explose de rire devant la naïveté de Kou...

On découvre aussi un Tanguy Malmanche qui est trop souvent rangé dans le département poussiéreux d'une littérature bretonne de terroir, un peu passéiste et de faible qualité. C'est tout le contraire. C'est un Rabelais dont les phrases comportent de nombreux "bretonnismes", et on ne s'ennuie jamais.

Ce spectacle n'avait pas été joué depuis huit ans. Puisse-t-il être vu cette année par d'autres, scolaires, étudiants, amoureux de la belle parole et du jeu, festivals de théâtre, festivals de culture bretonne, "Kou le corbeau" est à programmer, absolument. Et Tanguy Malmanche à redécouvrir, d'urgence. »
Fanny CHAUFFIN


Source : www.abp-tv.com - Réalisation : Fanny Chauffin

Le Télégramme (13 mars 2011)

Quimperlé - Parole Poétique : les pouvoirs magiques du Festival

Quel est le point commun entre un géographe québécois, un scientifique et un comédien ? La poésie, bien sûr, qui s'échappe de leurs mots respectifs mis en valeur par le festival.
« Le Festival de la parole poétique est un événement décidément magique qui instaure un lien a priori surprenant, mais finalement si évident entre les grandes étendues glacées de l'arctique, l'album d'Hergé Objectif Lune et la grande peste de Landerneau en plein Moyen-Âge. Trois visions poétiques du monde données respectivement par Jean Morisset et Liam Fauchard dans la salle polyvalente de Baye, jeudi soir, et par le comédien Guy Moign, vendredi, à l'Ellipse de Moëllan. Beaucoup d'humour aussi, parfaitement compatible avec la poésie et présent chez chacun d'entre eux.

[...]

Bretonnismes poétiques
Après les infinis paysages du Grand Nord et de la science, c'est dans celui de l'Histoire et plus particulièrement du Moyen-Âge, qu'ont plongé les spectateurs de la terrible histoire de "Kou le corbeau", magnifiquement conté par Guy Moign. Serré dans son gilet de velours noir, dans la pénombre de la scène de l'Ellipse, le comédien a incarné des différents rôles de cette pièce qui trace un portrait des faiblesses humaines, cocasses dans le drame. Les caricatures du jeune Kou, naïf et superstitieux, des habitants de certaines « paroisses du Nord-Finistère » où se situe l'histoire, sont hilarantes et les métaphores lumineuses. Les quelques bretonnismes utilisés par l'auteur, Tanguy Malmanche, qui jalonnaient un français suranné, ont ravi les lecteurs du récents ouvrages sur le thème, écrit par Hervé Lossec. »

Le Perche (25 mai 2011)

Colonard-Corubert - Quand l'église devient scène de théâtre

Tanguy Malmanche conté par Guy Moign
« "Kou le corbeau" proposé par l'association Art et musique Saint-Hubert a remporté un vif succès et satisfait la quarantaine de personnes présente à ce spectacle qui se déroulait devant un décor noir pour mettre en valeur le jeu du comédien. Le style de texte choisi par Guy Moign emmène le public dans un univers ancestral, où l'histoire conte la vie au Moyen-Âge de famille avec ses croyances, ses questionnements sur la paternité, l'avenir de ses enfants, en compagnie du héros, un jeune paysan abandonné qui cherche du travail en parcourant le pays de Léon. Guy Moign sait exprimer avec beaucoup de présence le récit de Tanguy Malmanche dans une mise en scène de Nell Reymond. « Le personnage revient de la mort pour conter sa vie, avant d'y retourner, en période de peste, rejeté des siens, il découvre la dureté du monde, ses angoisses et sa fantaisie » souligne Nell Reymond très complice de Guy Moign. « Ce conte est une œuvre universelle que j'ai créé à Landerneau pour son Festival Kann al Loar en 2003 » ajoute le comédien. Pour cette soirée dans la petite église, le petit-fils du dramaturge breton est venu assister au spectacle qui a fait vibrer le public d'émotions fortes. [...] »

Ouest-France (25 mai 2011)

Guy Moign déroule son texte avec plaisir
« Le petit-fils du dramaturge breton Tanguy Malmanche est venu assister à la pièce jouée en l'église de Corubert en compagnie d'une quarantaine de personnes qui découvraient "Kou le corbeau" proposé par Art et musique Saint-Hubert.

Le comédien Guy Moign a mis en valeur le texte de Tanguy Malmanche dans une mise en scène de sa grande complice Nell Reymond. « La vie au Moyen-Âge, ses croyances, la peste, la naïveté du personnage nous touche beaucoup » souligne Nell Reymond.

Le comédien avait créé la pièce lors du Festival Kann al Loar de Landerneau en 2003. « Ce conte est universel, il reprend la mort d'un personnage sa confrontation à la vie et à sa violence, ses angoisses, ses amours et sa fantaisie, la vie des familles nombreuses, l'abandon du jeune Kou à son sort. » Le texte prenait vie par le jeu expressif du comédien qui a appartenu à la troupe Renaud-Barrault et joua à la Huchette La cantatrice chauve de Ionesco. Chanteur, metteur en scène, il a également travaillé pour la télévision. L'église de Corubert reprend vie grâce aux animations culturelles organisées par l'association et le prochain événement prévu dans le village de Corubert aura lieu les 23 et 24 juillet. Les rendez-vous de Corubert manifestation culturelle et festive an partenariat avec le Beaujolais, expositions d'artistes, vente de Beaujolais et de cidre, spectacles gratuits.

Bretagne-Hebdo (du 16 au 22 juillet 2003)

« "Kou le corbeau" était jeudi à Landerneau, pour une première, sous les traits de Guy Moign. Une heure trente de récitatif du splendide texte de Tanguy Malmanche, certainement le plus grand dramaturge breton, mort il y a cinquante ans et toujours aussi peu joué. Quatre vingt dix minutes de rire et d'émotion à l'écoute des aventures du jeune Cornouaillais, devenu fossoyeur à l'hôpital de Landerneau. (...) A quand une reprise ? »

Le Télégramme (le 12 juillet 2003)

« Jeudi soir, Guy Moign a ému les spectateurs venus assister à son interprétation de "Kou le corbeau". (...) Guy Moign interprète avec émotion ce rôle. »

Ouest-France (le 12 juillet 2003).

« Conte ou pièce de théâtre ? Guy Moign a présenté une des rares œuvres écrites en français par Tanguy Malmanche. Vêtu de nuit, à peine distinct des ombres, Guy Moign a donné vie et voix à "Kou le corbeau", une création de la . »

Le Télégramme (le 18 juillet 2003)

« Le chemin vers la discrète chapelle Saint-Laurent tourne et descend : masquée en partie par de hauts arbres, elle apparaît au centre de son petit jardin encaissé. Hors du temps, elle offre la possibilité d'entrer dans l'histoire, quelle que soit l'époque.

Samedi soir, c'est le Moyen-Age qui s'est imposé, avec la vie de "Kou le corbeau", un jeune paysan Léonard, aux soins des pestiférés à l'hôpital de Landerneau. Le quotidien, l'état d'esprit, l'épidémie, l'angoisse, l'amour, tout y est dans ce conte créé par la talentueuse plume de Tanguy Malmanche.

Un bel hommage
Guy Moign, de , avait été invité par Goulc'han Kervella à célébrer ainsi le 50ème anniversaire de la disparition de l'écrivain breton. Seul, pendant une heure et demi, il a maintenu en haleine le public, dans la chapelle, jouant avec sincérité cette tranche de vie d'un paysan sans malice mais, oh combien, sensible. (...) On trouve, dans ce texte le fantastique, la vérité, la truculence, la vie ».

Ouest-France (25 juillet 2003)

"Kou le corbeau" avec Guy Moign à Saint-Laurent
« Un retour en plein cœur du Landerneau du Moyen-Age … C'est ce que nous a proposé le comédien et metteur en scène Guy Moign, de , à la Chapelle Saint-Laurent. (...)
C'est à partir de ce conte de Tanguy Malmanche que Guy Moign a emmené son public d'un soir dans le monde si original du dramaturge breton. »


  - Tél: 06.83.84.53.39 - guy.moign@compagniedusolilesse.com

© La Compagnie du Solilesse, 2004-2011 - Tous droits réservés - Site réalisé par Kilian Delorme & Guy Moign